RETROUVEZ-NOUS AU CANNES YACHTING FESTIVAL DU 6 AU 11 SEPTEMBRE 2022

Notre savoir-faire : la construction de voiliers en bois

Les RM sont des bateaux « composite » où les matériaux les plus judicieux sont choisis avec soin pour chaque composant :

Le contreplaqué pour la structure générale du bateau,

La stratification époxy pour les assemblages,

L’acier pour la structure des quilles,

Le sandwich polyester pour le pont,

L’esprit est le même avec une maison en bois pour laquelle les fondations seront en béton, le toit en tuile et les menuiseries extérieures en aluminium.

Les voiliers de croisière RM, proposés de 30 à 45 pieds, sont en développement constant pour relever toujours davantage le niveau de performance et la qualité de construction.

A noter que l’équipe en charge de la conception est restée inchangée depuis une vingtaine d’année et bénéficie donc d’un fantastique retour d’expérience sur notre technique de construction de voiliers en bois, moteur essentiel des évolutions proposées.

Première étape :

le « gros oeuvre », structure et coque

Pour la structure du voilier, nous utilisons du contreplaqué (CP) haut de gamme :

Il s’agît de CTBX tout Okumé, avec collage Classe 3, principalement en épaisseur 12 et 15mm, selon les modèles de RM.

La coque, quant à elle, est en contreplaqué « marine » d’une qualité encore supérieure, fabriqué sur mesure, en épaisseur 15, 18 ou 22 mm selon nos modèles de bateaux à voile et les parties de la coque.

Toutes les découpes de bois sont réalisées numériquement par notre sous-traitant. Les panneaux arrivent au chantier RM Yachts, prêts à être assemblés et collés.

Tout est prêt pour l’assemblage, réalisé sur un gabarit de montage (une sorte de mannequin), intégrant évidemment la structure acier qui supportera la ou les quilles.

Cet assemblage est donc réalisé à l’envers, pour un travail plus aisé et un maintien plus efficace.

Le collage est réalisé avec de la résine époxy, un bi-composant base + durcisseur.

Viennent ensuite les bordés en contreplaqué (et en partie composite pour le RM1180), qui sont contraints mécaniquement pour épouser les formes de la carène.

Deuxième étape :

LE DÉMOULAGE

Juste avant de démouler, nous effectuons une première inspection pour compléter les joints congés entre les cloisons. Chaque cloison étant structurelle, elles sont stratifiées à la coque. Des décaissements sont présents sur certaines pièces pour obtenir une surface lisse après stratification (pas de surépaisseur).

La coque est alors retournée à l’aide d’une grue, et ce travail de stratification se poursuit, à l’endroit cette fois-ci.

A noter que chaque pièce de CP est passé à l’époxy, pour une étanchéité optimale et une rigidité accrue.

Le gros œuvre est terminé.

TROISIÈME étape :

PRÉPARATION INTÉRIEURE DE LA COQUE

Tout l’intérieur du bateau est apprêté et peint en blanc.

Nous passons alors les faisceaux :

  • Électricité
  • Plomberie
  • Réservoirs (eau, gasoil)
  • Moteurs et périphériques (batteries)

Ensuite, selon les modèles, une partie du mobilier est installée avant le pontage, pour un accès plus facile.

QUATRIÈME étape :

PRÉPARATION DU PONT ET PONTAGE

A la livraison du pont (réalisé en sous-traitance, en sandwich mousse PVC tissu de verre polyester, en infusion) nous réalisons tout le contremoulage en contreplaqué à l’intérieur, puis posons l’antidérapant et une partie de l’accastillage avant le pontage.

La particularité du pontage chez RM, lors de la construction de nos voiliers en bois, est que le pont est également collé à l’époxy et restratifié à la coque. L’avantage de cette méthode : cette jonction devient alors invisible, parfaitement étanche (aucune fuite à déplorer depuis la création du chantier), et cela apporte une raideur structurelle supplémentaire.

A partir du pontage, on peut considérer que le voilier est devenu un monobloc coque et pont.

CINQUIÈME étape :

PERSONNALISATION DE LA COQUE

Obtenir la couleur de coque de vos rêves pour votre voilier de voyage moderne est un travail qui débute en réalité très en amont.

Lorsque la coque est encore à l’envers, on enduit les bouchains et les stratifications de liaison, avec de l’enduit époxy. Un premier ponçage est effectué.

Puis, au pistolet, nous appliquons une peinture d’apprêt très épaisse pour combler les éventuelles différences de niveaux.

Une deuxième couche d’apprêt époxy plus fin (finition), plus dilué, est alors appliquée. Cet époxy « de finition » se tend mieux, et améliore l’état de surface.

Un second ponçage est effectué.

Puis vient enfin un apprêt polyuréthane ultra lisse.

C’est ce dernier qui accueillera la laque finale polyuréthane bi-composant, brillante et totalement personnalisée.

SIXIèME éTAPE

ÉQUIPEMENT APRES PONTAGE

Le monocoque arrive sur son dernier poste d’assemblage. Il y sera équipé de ses parebrises et hublots ainsi que divers éléments d’accastillage, menuiserie et plomberie impossible à poser en amont.

Enfin, le bateau sera soulevé pour y fixer les appendices (quilles et safran) et peu de temps après rejoindra la mer par camion pour être armé et mâté.

Et bien sûr, la toute dernière étape pour ce voilier : naviguer en croisière côtière, traverser les océans, ou encore faire le tour du monde aux mains de son chanceux propriétaire, seul, en couple ou en famille.